Archives mensuelles : janvier 2011

Hadopi : des chiffres intéressants….

Hadopi vient de publier un rapport d'activités.

Quelques chiffres sont à retenir

Un Français sur deux

En effet, ce ne sont pas moins de 49% des Français qui reconnaissent s'adonner au téléchargement illégal, qu'il s'agisse de films, de vidéos, de musique ou de jeux vidéos

Un profil plutôt masculin et jeune

La majorité des fraudeurs sont des hommes et compris entre 15 et 39 ans.

Parfois accros

Si 36% des sondés disent faire du téléchargement illégal de façon occasionnelle, 13% avouent le faire de façon régulière.

Hadopi ne fait pas toujours peur

En effet, 25% des contrevenants reconnaissent pratiquer depuis plus de 5 ans, mais plus inquiétant peut être, 29% disent le faire depuis moins de 6 mois

Et peut être surtout, 50% des personnes sondés ne comptent pas s'arrêter!

Quand Virgin Radio persiste et signe…

On se souvient de la publicité Virgin Radio qui, à la fin de l'été, faisait vieillir prématurément ceux qui n'écoutaient pas Virgin Radio…

Cette publicité avait suscité plusieurs protestations. On pouvait en effet y voir une critique (sûrement involontaire) de la vieillesse. Certains affirmaient que cette publicité faisait de la vieillesse une … maladie.

Rappelons que l'ARPP recommande bien sûr d'éviter toute discrimination basée sur l'âge.

Dans ce contexte il est sans doute dommage que Virgin reprenne en cette fin janvier sa campagne. Certes les visuels sont nouveaux, mais le message reste le même.

   source visuel : Stratégies.fr

Communication digitale : loyale, véridique et honnête

  source visuel : www.elyazalee.com

On rappelle que l'ARPP a adopté le 17 décembre dernier une recommandation concernant la Communication digitale.

Pour l'ARPP, toute publicité sur le net se doit d'être LOYALE, VERIDIQUE et HONNETE aux fins de ne pas dégrader la confiance de l'internaute.

A cette fin, voici les prescriptions que l'ARPP demande aux publicitaires de respecter :

Ne pas induire en erreur sur l'offre ou l'entreprise

Ne pas exploiter le sentiment de peur

Promotions

En cas de promotions, celles-ci doivent être clairement précisées et aisément accessibles

Mentions légales

Les mentions légales doivent

– immédiatement perceptibles

– lisibles, audibles, intelligibles

– aisément repérables

– ne pas être noyées au milieu des informations annexes

publicité pour le tabac, vers une révision de la loi Evin

On le sait, la loi Evin interdit toute publicité ou toute propagande pour le tabac depuis 1991.

Cela a conduit certains médias à modifier ou gommer des éléments de visuels qui cependant étaient susceptibles d'appartenir à notre PATRIMOINE CULTUREL. Nous avions d'ailleurs précédemment consacré un billet à cette question.

Ainsi, on se souvient de Jacques TATI qui avait vu sa pipe remplacée par un … moulinet et Luchy Luke sa cigarette par un brin d'herbe….

  source visuel : www.lepost.fr

Proposition de loi

Les choses vont peut être changer car une proposition de loi déposée par le député socialiste Didier MATHUS a été adoptée hier à l'unanimité par la Commission des affaires culturelles de l'Assemblée Nationale. Elle vise à sortir le patrimoine culturel des rigueurs de la loi Evin.

Voici comment ce député expliquait sa démarche sur www.nouvelobs.com (à laquelle la citation ci-dessous a été empruntée) :

"La loi Evin a donné lieu à un concours d’absurdités. Effacer la Boyard de Sartre, gommer le mégot de Malraux ou de Gainsbourg, remplacer la pipe de Monsieur Hulot par un ridicule moulin à vent, sont autant de réinterprétations grotesques, de falsifications de l’histoire. C’est pourquoi, je propose d’ajouter une dérogation à celles déjà contenues dans la loi Evin, qui s’appliquerait aux œuvres de l’esprit, à l’exception de celles qui seraient financées par l’industrie du tabac.»

En attente

Il nous faut bien sûr attendre le vote définitif par le Parlement.

HADOPI : le recours d’un internaute condamné

 

Le cas

Un internaute français de 37 ans (il n'y a donc pas que les ados qui téléchargent…) avait en juin dernier été condamné dans le cadre de la loi HADOPI à une lourde amende : 20 000€.

Cette amende sanctionnait plus de 13 000 téléchargements illégaux de musique (surtout).

Le  recours

L'intéressé a déposé un recours devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme.

A suivre donc…..

Publicité et Environnement : du mieux pour l’ARPP

Le bilan 2010 de l'ARPP sur la place de l'argument "Environnement" dans les publicités est optimiste : les publicitaires se seraient montrés au moins "aussi raisonnables" qu'en 2009.

Les bases de l'étude

L'ARPP a étudié 11067 publicités, en incluant pour la première fois les bannières internet dites "display" (format classique).

Par ailleurs le champ de l'étude a été élargi également puisque l'on passe de 3 secteurs d'activités à 13 secteurs.

Quelles sont les résultats de cette étude?

Un recours à l'argument Environnement relativement faible

En effet, ce sont seulement 548 publicités qui utilisent l'argument écologique, soit 5% des publicités étudiées.

Des infractions relativement peu fréquentes

En effet, sur les 548 publicités concernées, seules 18 montrent un manquement à la recommandation "Développement Durable" de l'ARPP, soit un taux d'infraction de seulement un peu plus de 3%

Il faut y ajouter 47 publicités qui méritent quelques réserves, soit 8,5%

Au total, ce sont donc 12% de publicités répréhensibles mais surtout 88% de conformes.

Principales infractions

Deux sources d'infractions principales sont relevées :

– des publicités qui suggèrent un comportement contraire à la protection de l'environnement

des publicités qui utilisent des arguments environnementaux de nature à induire en erreur, soit par manque de relativisation, soit par des auto-proclamations.

Notre avis

Avec l'ARPP nous ne pouvons que nous réjouir de ces résultats.

Mais attention à ne pas cacher la forêt derrière l'arbre. En effet, les publicités répréhensibles sont encore trop nombreuses, et le risque d'induire le consommateur dans l'erreur reste réel – comme le montre la publicité ci dessous pour le Seat Alhambra trouvée dans un magazine en octobre 2010. Un véhicule "vert" qui émet 143 grs de C02 "seulement"!

 

Par ailleurs on peut penser que ces (relatifs) bons résultats sont aussi sans doute le contrecoup d'une période où les abus ont été fréquents et ont amené le consommateur lui-même à les censurer.

Identification de la publicité : le cas maison créative

La règle de base

On le sait, toute publicité doit pouvoir être identifiée comme telle par le consommateur.

Le sujet est sensible dans la presse écrite où le risque de confusion entre rédactionnel et publicité est réel.

Un exemple, celui du magazine de maison créative, dans son numéro de janvier février 2011.

La publicité en cause

On trouve en avant dernière page du magazine 4 fiches techniques qui peuvent être découpées, fiches recto-verso et qui rappellent étrangement les fiches recettes de certains magazines.

le recto

le verso

Il ne s'agit bien sûr pas ici de recettes culinaires, mais de recettes de bricolage, et plus exactement de recettes de collage.

Mais

Mais le verso de 3 fiches conduisent à la même marque de colle… Pattex

La confusion entre rédactionnel et publicité est ici réelle. Dommage!

Déjà dans un numéro précédent maison créative avait publié de telles fiches, cette fois-ci au profit d'une marque d'outillage bien connue : Bosch.

Voici le verso de ces fiches :

bonne nouvelle : la personne humaine mieux respectée dans la pub

Un bilan de l'ARPP

L'ARPP a publié fin décembre son bilan annuel de la recommandation "Respect de la personne humaine"

Le bilan est plutôt encourageant, les publicitaires paraissant plus soucieux de respecter les recommandations de l'organisme régulateur

La méthode d'enquête

L'enquête a porté sur un peu plus de 83 000 publicités publiées en 2009 par 3 médias : la presse nationale, l'affichage et internet

Résultats

Le taux d'infractions est de 0,07%

Le media le plus respectueux est l'affichage avec 0% d'infraction et le moins respectueux, internet avec 0,24%

Les principales tendances

Le porno-chic est en régression

Malheureusement la femme-objet reste d'actualité

Internet est répréhensible principalement par ses publicités ayant recours à la violence

Voir l'analyse complète sur le site de l'ARPP : www.arpp-pub.org

communication digitale : une recommandation de l’ARPP

Le 17 décembre 2010, l'ARPP a adopté une nouvelle recommandation relative à la communication digitale et intitulée "Internet V 3.0".

 source  visuel : www.alyazalee.com

Cette recommandation remplace la recommandation "Internet, support publicitaire" qui datait de 2000 dans sa rédaction primaire.

Champ d'application

Cette recommandation s'applique à "toute publicité adoptée par voie électronique". Seules la TV et la radio traditionnelles y échappent, mais leur forme mobile y seront assujetties.

6 principes de base

Ce sont 6 principes de base qui ont inspiré la rédaction de cette recommandation, à savoir :

identifier toute publicité digitale comme telle, et permettre l'identification de l'annonceur

– protéger les enfants et les ados

– favoriser le respect de la recommandation "Respect de la personne humaine"

– ne pas induire le consommateur en erreur

– permettre la modération des contenus créés par les internautes quand il est fait appel à leur créativité

– veiller aux critères de confort d'utilisation des médias.

A suivre

Nous reprendrons dans de prochains billets les points essentiels de cette recommandation.

Mais d'ores et déjà si vous souhaitez en savoir plus, rendez vous sur le site de l'ARPP : www.arpp-pub.org