publicité à la radio

 source visuel : www.rdbfm.fr

Rapport de la DGCCRF

Suite à la réflexion conduite par un groupe de travail créé par le Ministre de l'Economie en avril 2010, la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes a, en juillet 2011, rendu un rapport contenant des directives sur la publicité radiophonique.

L'identification du problème

En matière de publicité radiophonique, le problème peut se formuler ainsi : comment conciler les nécessités d'une information loyale des consommateurs et le peu de secondes dont on dispose en général dans un message publicitaire radio pour véhiculer une information de qualité.

En outre, la multiplication de mentions informatives ou rectificatives dans un message de courte durée nuit à la compréhension du consommateur tout autant qu'à la qualité du média. Il importe donc de trouver un "compromis"

Précisons que les directives données par la DGCCRF ne concernent pas les mentions légales.

Les principales directives

La DGCCRF préconise de ne faire figurer au message que les mentions indispensables, et pour les autres, de renvoyer à un ou des supports d'information, tout en signalant leur existence dans le message radio (en utilisant par exemple la mention "offre soumise à d'autres conditions".

Dans tous les cas, le message ne doit par recourir à la technique du stretch .

Les principaux autres supports de renvoi peuvent être une ligne téléphonique ou un site internet, à condition que les dites mentions figurent alors sur la page d'accueil du site.

La DGCCRF estime que la durée raisonnable pour les mentions informatives ou rectificatives ne doit pas excèder 8 secondes. Ce n'est qu'au-delà que l'on peut renvoyer vers un autre support. Ce renvoi ne peut donc être envisagé que par défaut.

La DGCCRF demande également à ce que les mentions trop vagues (ex. "offre soumise à conditions") soient évitées.

S'il sagit d'un prix soumis à conditions,  une information minimale sur ces conditions doit être fournie dans le message radio.

Par contre, l'existence d'une période d'engagement minimum doit faire l'objet d'une information complète dans le message