Archives mensuelles : février 2013

LECLERC remet (mal) le couvert

On sait le distributeur LECLERC très combatif pour obtenir le droit de vendre les médicaments.

Et la libéralisation de la vente des médicaments sur le net ne peut que renforcer sa détermination.

Le grand distributeur revient avec une campagne presse destinée à expliquer au consommateur que la parapharmacie est moins chère chez LECLERC que partout ailleurs.

Et LECLERC recourt une fois encore à la publicité comparative.

Scan_26_02_2013_4009_001

Malheureusement cette nouvelle campagne n'est pas plus conforme à la réglementation que les précédentes, puisqu'elle compare les prix de vente chez ses concurrents (OK, rien à dire), mais aussi dans deux circuits de pharmacies indépendantes.

Or une règle d'or de la publicité comparative exige que les conditions de distribution soient identiques, ou tout au moins comparables. Ce qui, bien sûr n'est pas le cas de la distribution de la parapharmacie dans une officine et une grande surface.

On peut être surpris de cette reprise par LECLERC dans la mesure où le distributeur a déjà été sanctionné pour des publicités de même type.

 

Free rappelé à l’ordre pour une pub non conforme à la réglementation

Nous avons tous vu dernièrement cette campagne d'affichage de Free Mobile :

freenewssource visuel : freenews.fr

Or cette publicité ne respecte pas une disposition du Grenelle II qui interdit de faire la promotion du mobile auprès des mineurs de moins de 14 ans.

Une fillette ne peut donc pas non plus être mise en scène et tenir dans une publicité, un rôle actif et prescripteur "Merci Free".

C'est ce que vient justement de rappeler l'Autorité de Régulation de la Publicité.

Free s'est engagé à retirer toutes les affiches litigieuses

Protection des fichiers et spamming : une comdamnation

commentcamarchesource visuel : commentcamarche.net

La justice vient de condamner l'exploitant d'un sex-shop qui avait frauduleusement copié des fichiers (quelques 18 millions d'adresses) détenus à d'autres fins par SFR. Il avait utilisé ces fichiers pour vanter les mérites de son activité de sex-shop.

Cet exploitant s'est vu condamné à une peine de 8 mois de prison avec sursis et à plus de 450 000 € de dommages et intérêts à verser à SFR et à son prestataire.

Cette condamnation est l'occasion de rappeler :

que les fichiers ne doivent en aucun cas être utilisés à d'autres fins que celles qui ont présidé à leur création (et donc à la déclaration à la CNIL)

– que le fait de se procurer un fichier de façon irrégulière fait du spamming une activité commerciale illégale.

Deux condamnations pour publicité AGRESSIVE

La justice vient de prononcer deux condamnations pour publicités AGRESSIVES.

bouyguesfree

La première concerne Free Mobile qui, dans ses publicités en décembre 2012 comparait les clients de ses concurrents à des "vaches à lait" ou des "pigeons". La comparaison n'a pas plu à Bouygues Telecoms qui a porté plainte et réclamé 100 millions de dommages et intérêts au titre du préjudice commercial.

Le tribunal de commerce vient de lui donner gain de cause mais en réduisant la comdamnation à 25 millions d'€.

Cependant Bouygues ne sort pas totalement indemne puisqu'à la demande de Free, l'opérateur est condamné à 5 millions de dommages et intérêts pour une publicité "agressive et massive" dans laquelle Bouygues remettait en cause l'existence même du réseau de Free Mobile.

Un rappel qu'au royaume de la publicité tout n'est pas permis. Parce que justement, le consommateur n'est pas un pigeon!

Livre numérique : un dilemme fiscal pour la France

ipsossource visuel : ipsos.fr

La Commission de Bruxelles vient de rappeler à l'ordre la France qui a fait le choix d'une TVA à 7% pour le E-book.

Bruxelles accuse cette fiscalité de créer des conditions de concurrence inégales en Europe. Ce qui est vrai.

Pourtant, cette fiscalité se justifie par le souci de ne pas désavantager le E-book, puisque le livre papier est taxé on le sait à 7%.

Le choix est cornélien, entre une fiscalité européenne ou franco-française.

A suivre….