Archives mensuelles : août 2013

De la responsabilité des réseaux sociaux….

Deux tristes affaires récentes remettent au goût du jour la question difficile de la responsabilité des réseaux sociaux et, dans les deux cas, il s'agit de responsabilité pénale.

Le cas du réseau Ask

Vous connaissez sans doute ce réseau qui date de 2010 mais qui compte déjà de par le monde quelques 60 millions d'inscrits. Il repose sur le principe simple de la question-réponse. Un membre pose une question à laquelle quiconque peut répondre… et souvent n'importe quoi.

Site d'autant plus dangeureux que la majorité de ses membres sont des ados, et comme vous le savez souvent l'ado est mal dans sa peau. En tous cas très soucieux du regard des autres.

La nouvelle nous vient d'Angleterre et elle est bien triste. Une jeune adolescente s'est pendue. Son geste aurait été suscité (voire même encouragé) par les nombreuses insultes qu'elle a reçu en réponse à sa question. Selon certains médias, ce ne serait pas la première fois que ce réseau serait impliqué dans les suicides d'adolescents, ce qui a sans doute poussé le chef du gouvernement britannique à prôner le boycott du réseau.

Alors, Ask peut-il être mis en cause pénalement pour complicité d'incitation au suicide?

La question mérite d'être posée

Twitter de nouveau en cause

Après les tweets antisémites, voici maintenant les tweets homophobes avec #lesgaysdoiventdisparaitrecar….

Une association de lutte contre l'homophobie, le Comité Idaho France promet une action en justice contre Twitter.

Alors, quelle peut être la responsabilité pénale de twitter?

Des actions judiciaires possibles mais….

Ces actions en justice ont peu de chance d'aboutir. D'abord parceque les écrans juridiques sont nombreux. Quelle législation appliquer? (par exemple le siège de Ask est en Lettonie). Twitter peut-il être convoqué devant la justice française? Selon la loi française ou celle de son siège?

Il faut aussi rappeler qu'un réseau social ne peut être rendu responsable civilement ou pénalement que si sa complicité est reconnue. Entendez par là que le site avait connaissance des faits et qu'il a laissé perdurer la situation, ou pas pris les mesures suffisantes pour les faire cesser. Difficile à prouver. Ask par exemple dispose d'une cinquantaine de modérateurs, mais pour … 30 millions de questions quotidiennes.

Signe positif cependant, on se souvient que dans l'affaire des tweets antisémites, twitter avait fini par céder devant les menaces du Ministre de l'intérieur…

Le Léon ou l’art du bad buzz

Vous connaissez sans doute la boutique en ligne Le Léon, connue pour ses vêtements qui ne sont pas à la portée de tous.

Aujourd'hui nous lui attribuerons un double César dans l'art du bad buzz et de la tromperie.

Chômeur

Seriez-vous tenté pour ce sweat "Chômeur" à … 285€?

chomeur 2source visuel : leleon.fr

Peut-être faut-il demander aux chômeurs ce qu'ils pensent de cet art de la provocation. A moins bien sûr, que l'objectif soit avant tout de faire parler de la marque sur la toile. En ce cas, c'est réussi puisque les réseaux sociaux se déchaînent.

Marque France

Mais le plus surprenant est sans doute de voir le drapeau tricolore au bas de chaque visuel, alors que, lorsque vous cliquez sur le visuel pour en savoir plus sur le produit, vous découvrez que le sweat est produit … au Népal!

Question de géographie sans doute…

Ou comment prendre le consommateur pour un … nigaud!