Faut-il supprimer la publicité dans les émissions pour la jeunesse?

Le sénateur André GATTOLIN a déposé un projet de loi visant à supprimer les messages publicitaires dans les émissions pour la jeunesse, sur les chaînes de France Télévisions. Le texte sera en examen au Sénat, le 21 octobre.

source visuel : lemediaplus-com
source visuel : lemediaplus-com

Le projet de loi part du constat que la France est un des pays où les enfants et les adolescents sont les plus exposés à la publicité. C’est aussi un des marchés les plus porteurs avec 8,3 millions de jeunes de 4 à 14 ans. L’objectif est aussi de lutter contre les risques d’obésité (publicités pour des produits alimentaires) et contre, ce que le sénateur appelle, « l‘obsession consumériste« .

De citer en exemple : le Québec, la Suède et en Europe, la Belgique et l’Espagne

Voici l’essentiel des mesures prévues par ce projet de loi s’il était adopté en l’état :

  • la suppression de la publicité dans tous les programmes pour enfants, et 15 minutes en amont et en aval
  • interdiction dans les mêmes conditions du parrainage
  • les campagnes d’intérêt général et les campagnes génériques non commerciales ne seraient pas concernées
  • le manque à gagner des chaînes serait compensé par une dotation de l’État, elle-même financée par une taxe additionnelle sur le tabac.

Des mesures qui sans doute auront du mal à faire consensus à un moment où on cherche encore comment compenser les pertes dues à la suppression de la publicité sur ces mêmes chaînes après 20 heures.

Et vous, qu’en pensez-vous?

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s