La reconnaissance faciale de Facebook devant les juges

numerama.com

source visuel : numerama.com

Facebook et son application Messenger sont traduits par 3 utilisateurs américains pour collecte illégale de données personnelles.  La justice de San Francisco vient de leur accorder la 1ère manche.

C’est donc à nouveau la technologie de la reconnaissance faciale lancée par Facebook en 2010, qui est en cause. Pour comprendre les enjeux, un peu de technique. Les photos des utilisateurs identifiés sont scannées. Avec les données biométriques ainsi récoltées, Facebook propose d’identifier par ressemblance les utilisateurs sur les nouvelles photos téléchargées. La technologie a été récemment étendue à Messenger.

Mais ce procédé n’est pas du goût de tout le monde. 3 utilisateurs ont saisi la justice californienne en demande d’indemnisation pour collecte illégale de données personnelles. Les demandeurs avancent un argument de poids : le réseau social n’a pas sollicité leur accord. Le juge vient de leur donner raison en rejetant le recours en irrecevabilité intenté par le réseau social.

Alors, la reconnaissance faciale telle que la pratique Facebook aux Etats-Unis est-elle illégale? Deux points essentiels sont à considérer. En premier lieu, scanner les données biométriques d’un utilisateur de Facebook est bel et bien une collecte de données personnelles, données protectrices de la vie privée et donc en tant que telles protégées. Sur ce point il ne semble pas y avoir place à la discussion.

Mais cette collecte se fait-elle sans l’accord de l’utilisateur? Au pied de la lettre, non. L’utilisateur est prévenu dans les conditions générales d’utilisation qui, comme chacun le sait sont longues, souvent austères, et que personne (ou presque) ne lit. Mais surtout, l’accord de l’internaute est par défaut puisque le réglage d’identification est pré-réglé sur l’accord de l’utilisateur. C’est principalement sur ce point que le débat va se situer. Il appartient désormais au juge américain de dire si la législation américaine nécessite un accord expresse et en toute connaissance de cause… Comme c’est le cas en Europe.

En Europe où justement Facebook a supprimé depuis 2012 la reconnaissance faciale…

La technologie de reconnaissance faciale a déjà quelques années. Elle peut être utilisée à bien d’autres causes. Notamment dans le commerce aux fins de mieux identifier le client entrant dans une boutique ou passant devant un écran interactif. Elle peut aussi être utilisée pour des raisons de sécurité. On se rappelle que dernièrement le Maire de Nice à sollicité la possibilité d’y recourir dans le cadre de l’Euro2016. L’application Heystay, dédiée aux rencontres l’utilise également pour « marier » les couples potentiels… On le voit, l’enjeu dépasse largement le cadre de Facebook. Nous suivrons donc avec intérêt la décision des juges sur le fond…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s