Faut-il déréglementer la #PubTV?

La pub TV est née le 1er octobre 1968. Le texte d’origine a déjà connu plusieurs libéralisations, notamment entre 2003 et 2007. En 2007, l’autorisation de la publicité télévisée au profit de la distribution a marqué une étape importante. Dix ans plus tard, une nouvelle étape pointe à l’horizon.

pub TV

La publicité télévisée avait exclu plusieurs secteurs économiques, principalement dans le but de protéger les autres médias, notamment la presse et l’affichage. Mais les bastions sont tombés les uns après les autres. Il en reste 3 aujourd’hui : le cinéma, l’édition littéraire et les promotions (grande distribution). Ce sont ces dernières poches de résistance qui s’apprêteraient à tomber. Pourquoi?

La télévision est aujourd’hui soumise à la concurrence des autres supports de publicités audiovisuelles qui eux, ne sont pas assujettis à ces limites. Souci de rétablir l’équité face au numérique? Car, si un récent sondage établit que la publicité TV a un impact 40% supérieur aux autres supports vidéos, difficile de nier la concurrence du numérique. Souci peut-être également de faciliter les revenus publicitaires dans les budgets de France Télévisions, budgets que l’on sait pour le moins tendus…

Bien-sûr les lobbyistes agissent pour tenter de résister. Les radios indépendantes sont particulièrement inquiètent. La presse également. L’affichage aussi. Tous 3 craignent notamment de perdre les budgets importants de la promotion. Alors vit-on notre dernier Black Friday privé de télévision?

L’autorisation de la publicité TV pour le cinéma fait probablement trembler AlloCiné. Et les producteurs de films français auront-ils les moyens financiers des producteurs de films américains? Pas sûr non plus que, dans le contexte économique (le cinéma reste cher) et technologique (plateformes de téléchargement), cette mesure amène plus de monde dans les salles obscures. On peut aussi se demander ce que vont devenir les colonnes Morris parisiennes. Le théâtre suffira-t-il à leur survie?

OpinionWay s’invite involontairement au débat en révélant les données d’un tout nouveau sondage : 89% des téléspectateurs  « changeraient d’espace » au moment des écrans publicitaires et 72% « se jetteraient sur leur 2ème écran ». Mais n’en déduisez pas pour autant que la pub TV est inefficace. Selon un autre sondage, elle aurait un impact qualitatif sur l’image de l’annonceur supérieur de 30% aux autres supports audiovisuels.

Difficile de prévoir les effets d’une telle réforme. Peut-elle remettre en cause le rapport de forces entre les médias traditionnels? Simple secousse ou véritable tsunami capable de remettre en cause l’existence de certaines radios ou journaux? Et finalement, de porter un coup au pluralisme auquel nous tenons tant?

L’avenir nous le dira. Et attendons-nous à d’autres réformes comme l’autorisation de la 3ème coupure dans les films ou la remise en cause des modes de calcul des quotas publicitaires. Comme l’a récemment d’ailleurs proposé Bruxelles… A suivre!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s