Le CSA s’engage contre les stéréotypes sexistes

Après l’adoption par l’UDA de son Programme FAIRe et après la mise en ligne par l’AACC d’un site dédié à la communication responsable, c’est au tour du CSA de prendre position et de s’engager, sous la forme d’une charte, contre les stéréotypes sexistes dans la publicité. Tour d’horizon.

csa

On se souvient sans doute des récentes sanctions prononcées par le CSA à l’égard de certaines émissions qui avaient franchi la ligne rouge en matière de respect de la dignité de la femme : Touche pas à mon poste sur C8, On n’est pas couché sur France 2. Le CSA ne reste pas inactif et s’efforce de signaler, et de sanctionner les manquements et dérapages. Mais son rôle en la matière a été renforcé puisque la loi du 27 janvier 2017 relative à l’égalité et à la citoyenneté lui confie désormais une mission en matière de publicité télévisée. Celle de veiller « au respect de la dignité de toutes personnes et à l’image des femmes » qui apparaissent dans les spots publicitaires.

En octobre 2017 le CSA publie un rapport sur le sujet, basé sur l’étude de 2 000 publicités télévisées. Et ce rapport est alarmant : les 2/3 des publicités mettant en scène des personnes contiennent des connotations sexuelles et 66% d’entre elles concernent des femmes!

Il était temps d’agir. Le CSA choisit de le faire en proposant l’adoption d’une Charte, signée le 8 mars, journée des droits de la femme. Tout l’intérêt de cette charte réside sans doute dans le partenariat imaginé avec les instances professionnelles de tous les acteurs de la publicité télévisée, notamment l’UDA pour les annonceurs et l‘AACC pour les agences. Ces instances seront les relais auprès de leurs adhérents du respect des règles déontologiques. Et ces règles déontologiques existent, édictées par l’ARPP. La charte rappelle donc l’importance du respect de ces règles de base, et notamment la recommandation « Image et respect de la personne ».

La charte comprend d’autres engagements :

– L‘UDA s’engage à présenter chaque année au CSA et à l’ARPP un bilan de son programme FAIRe

L’AACC s’engage à intégrer au référentiel de son label RSE Agences Actives une question relative à la responsabilité des messages et leur conformité aux prescriptions de la recommandation de l’ARPP. La labellisation des agences comprendra 3 niveaux. L’AACC s’engage également à mettre en place un programme de sensibilisation des personnels des agences.

– Dans le cadre de la filière communication, des actions de sensibilisation seront mises en place à destination des professionnels et futurs professionnels.

En quelques mois, toutes les instances professionnelles ont pris nettement position et veulent jouer un rôle moteur. Et on ne peut que saluer la performance du CSA qui, un an après avoir été investi d’une nouvelle fonction par la loi, a relevé le défi. Bel exemple d’efficacité! Et d’unisson.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s