Accueil Les médias Internet 4000 nouveaux Conseillers numériques

4000 nouveaux Conseillers numériques

38

Pour lutter contre l’illectronisme dans notre pays, le gouvernement annonce l’embauche de 4000 nouveaux médiateurs numériques d’ici à deux ans. Bénéficiaires, planning de déploiement et missions.

Même si l’illectronisme a attendu 2020 pour faire son entrée dans nos dictionnaires, il est malheureusement une réalité qui toucherait, selon Sciences et Vie, 13 millions de nos compatriotes, auxquels il faudrait ajouter les 6 millions d’internautes qui ne sont pas suffisamment à l’aise pour profiter de tous les usages d’internet. Vous l’avez compris, ce terme désigne l’absence de maitrise des outils du numérique. Une fracture numérique qu’a bien sûr révélée en plein jour le confinement lié à la pandémie. Avec une question existentielle : Comment maintenir le lien social dans ces conditions alors qu’il passe de plus en plus par internet? Pour que la fracture numérique ne mute pas en fracture sociale.

Bien-sûr, les seniors sont les principales victimes de cet illectronisme. Toujours selon Sciences et Vie, les plus de 75 ans représentent 67% de ces personnes brouillées avec le numérique auxquels il faut rajouter les 60/74 ans qui en représentent, quant à eux, presque 27% supplémentaires. Mais d’autres facteurs jouent également, notamment le niveau de revenus et le niveau de diplôme.

Les collectivités premiers bénéficiaires

Dans un premier temps, les embauches de ces médiateurs ou conseillers numériques vont bénéficier aux collectivités publiques qui peuvent d’ores et déjà faire leur demande sur le site conseiller-numerique. Mais par la suite, le secteur associatif et notamment les structures liées à l’économie sociale et solidaire pourront également soumettre leurs demandes. Le salaire de ces conseillers ou médiateurs sera pris en charge à 100% par l’État, pendant 2 ans, avec un plafond annuel de 50 000€ pour les collectivités publiques. Plafond qui sera établi à 40 000€ pour les bénéficiaires du secteur privé. Les 4000 embauches sont programmées sur 2021 et 2022 avec un objectif de 1000 embauches à la fin du 1er trimestre 2021. Un plan qui devrait ainsi permettre de multiplier par deux le nombre actuel de conseillers et qui représente pour l’État un investissement de 250 millions d’€.

Des missions larges

Les conseillers numériques devront bien entendu s’adapter au niveau de maitrise de chacun, mais le spectre de leur mission est large : prendre en main les équipements informatiques, apprendre à naviguer, apprendre à gérer sa boite mails, ou plus basiquement, découvrir un logiciel de traitement de texte. Les finalités liées aux usages d’internet font aussi partie du programme de formation : faire des démarches administratives, rechercher un soin ou un logement sur le net. Sans oublier la sensibilisation à la protection des données personnelles.

Appel à candidatures

L’appel à candidatures est dès à présent possible pour les postulants à ces emplois. Ceux-ci peuvent déposer leur candidature sur le site conseiller-numerique. Aucun diplôme n’est exigé et une formation de 350 heures est prévue.