Accueil Les médias Internet Amazon sait comment payer la taxe GAFA

Amazon sait comment payer la taxe GAFA

40

Après l’adoption par la France de la taxe GAFA, tous les observateurs ont les yeux tournés vers les grandes entités du numérique. Comment réagiront-elles? Amazon lève le voile et cela ne plaira sans doute pas à tout le monde…

C’est dans un mail à l’AFP qu’Amazon dévoile sa position face à cette taxe sur les services numériques – dite taxe GAFA – instaurée par la France – faute d’un accord européen – et applicable avec effet rétroactif dès 2019. Le géant du E-commerce a tranché, la taxe, ce seront les vendeurs tiers qui la paieront. Elle sera donc supportée par les activités de marketplace. A compter du 1er octobre, la commission que ces vendeurs tiers paient à Amazon, sera en conséquence augmentée de 3%. Cette commission est fonction des produits, mais elle tourne souvent autour d’une moyenne de 15%. L’augmentation décidée unilatéralement par Amazon n’est pas insignifiante. Prenons l’exemple d’une commission de 20%. La hausse de 3% la fera passer à 20,6%. Les vendeurs tiers sont ainsi les premiers pénalisés.

Ce qui n’était bien entendu pas le but de cette taxe, laquelle visait à réduire l’écart d’imposition entre les activités du numérique et les autres activités, un écart qui, selon Bercy, est de 14 points.

On sourit quand Amazon déclare « Nous serons contraints d’ajuster les taux de nos frais de vente sur Amazon.fr pour refléter ce coût supplémentaire ». Ou encore « nous n’avons pas d’autres choix ».

On peut maintenant imaginer que les vendeurs tiers répercutent à leur tour la hausse de leur commission sur leurs prix de vente. Outre que l’on nourrirait l’inflation, ce serait alors le consommateur final qui paierait !

Reste toutefois des inconnus. Comment réagiront les consommateurs français? Déjà des appels au boycott d’Amazon sont apparus sur les réseaux sociaux… Que feront les autres plateformes concernées, environ une trentaine?

L’épisode Amazon apporte la démonstration, s’il en était besoin, que la solution ne peut être qu’européenne, voire planétaire. Plus que jamais, la balle est dans le camp du G7 qui se réunira en fin de mois à Biarritz…

A lire également :

Zoom sur la taxe GAFA – 7 mars 2019