Accueil Communication responsable Bodyguard, l’appli qui protège des contenus toxiques

Bodyguard, l’appli qui protège des contenus toxiques

42

Comment lutter contre les propos haineux et le cyberharcèlement? Quel parent, quel chef d’entreprise ne s’est pas un jour posé cette question? L’application Bodyguard apporte une réponse. Présentation.

Bodyguard est une application d’origine française créée en 2017 par Charles Cohen. Elle est disponible sur Google Play et AppStore. Sa vocation est de protéger des contenus toxiques, qu’il s’agisse de propos haineux ou de cyberharcèlement. Petit plus, elle peut aussi servir d’antispam. Bodyguard tient donc la fonction de modérateur, supprimant les contenus qui peuvent être toxiques. Mais l’application est « intelligente », tenant compte du contexte et de la personne visée par le contenu. Bodyguard s’appuie sur 4 valeurs : une communication positive, une communication responsable, un engagement social et solidaire et un engagement éthique.

Bodyguard s’adresse à 3 cibles : les particuliers, les familles et aussi les entreprises.

Pour les particuliers, Bodyguard a pour champ d’action Twitter, Youtube, Instagram et Twitch. L’application est gratuite et annonce un taux de satisfaction de 97%.

Pour les familles, une fois installée sur le smartphone d’un enfant, l’application prévient par email les parents si celui-ci est victime d’un commentaire haineux ou s’il en est l’auteur, ou encore s’il modifie les paramètres de protection définis. Pour autant, elle protège la vie privée du mineur, ne donnant pas accès aux parents aux réseaux sociaux de leur enfant. A signaler, le niveau de protection tient compte de l’âge du mineur.

Pour les entreprises, l’objectif est de protéger les communautés et les réseaux sociaux. Petit plus, elle fonctionne également dans les lives. L’entreprise choisit elle-même les contenus qu’elle souhaite voir modérer ainsi que le niveau de protection à mettre en place. Bodyguard promet un taux de détection de 90%.

Une application intelligente qui a demandé à son créateur 3 ans de développement. Une petite application qui pourrait rendre de grands services à son utilisateur…