Accueil Les secteurs réglementés Produits alimentaires Création du label Boulanger de France

Création du label Boulanger de France

50

La Confédération Nationale de la Boulangerie-Pâtisserie a profité du salon professionnel Europain qui s’est tenu à Versailles du 11 au 14 janvier, pour lancer le label « Boulanger de France ».

Le métier d’artisan boulanger-pâtissier est reconnu mais souffre de la forte concurrence des réseaux de franchise, lesquels représentent environ 20% du marché, auxquels ils convient d’ajouter les 25% de parts de marché détenus par la grande distribution. Au final, les artisans boulangers ne représentent que 55% du marché.

Revaloriser le titre d’Artisan Boulanger-Pâtissier

C’est une règlementation de 1998 qui avait conditionné l’accès au titre de « boulanger » à deux conditions essentielles. D’abord que le pain (pas d’exigence pour les autres produits) soit fabriqué sur place, et ensuite qu’il ne soit pas fait à partir de pâte surgelée. Les chaines répondant à ces deux exigences peuvent donc utiliser le qualificatif de boulangerie, même si, la plupart du temps, le reste de leur production, notamment la viennoiserie et le snacking est industriel. Selon la Confédération, 80% de la viennoiserie vendue en France seraient ainsi issus de préparations industrielles.

C’est donc pour revaloriser le métier d’artisan boulanger-pâtissier que la Confédération professionnelle lance ce label. Le secteur de la boulangerie représente aujourd’hui 130 000 emplois mais plus de 9 000 postes restent vacants (selon Indeed, le salaire moyen d’un boulanger est de 1843€). L’avenir dira si cette initiative peut faire naître des vocations alors que la France a perdu, au cours des 50 dernières années, environ 1 boulangerie traditionnelle sur 3.

Un Label et une Charte

La 1ère des exigences du nouveau Label Boulanger de France est que le pain, mais aussi tous les autres produits de boulangerie et de pâtisserie soient fabriqués sur place. La viennoiserie, le snacking, la pâtisserie sont donc eux aussi, à la différence de la règlementation de 1998, concernés par cette exigence.

Le Label sera également soumis au respect d’une Charte sociale et environnementale avec 3 axes majeurs. Le commerce devra se plier aux règles du tri sélectif des déchets, faire don de ses invendus à des associations caritatives et respecter des normes en matière de dosage du sel dans le pain.

Le Label a été testé avec succès au cours de l’année 2019 dans quelques régions, notamment le Centre Val de Loire et les départements du Puy de Dôme et de Charente Maritime. Son extension à tout le territoire sera progressive, le temps nécessaire pour peaufiner le cahier des charges et mettre en place un organisme certificateur indépendant.