Accueil Communication responsable FPFP : Un nouveau label pour un sport plus écologique

FPFP : Un nouveau label pour un sport plus écologique

46

L’international rugbyman Julien Pierre veut mobiliser le monde du sport en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique. Au cœur de la stratégie mise en place, la création d’un label, le Fair Play For Planet. Présentation.

Julien Pierre, l’international aux 27 sélections a terminé sa carrière de sportif professionnel à la Sélection Paloise Béarn Pyrénées. Deux décennies consacrées au sport et à la passion du rugby. Aujourd’hui, ce sportif accompli négocie un virage à 180° en souhaitant se consacrer à la défense de l’environnement.

Son ambition est d’accompagner les clubs sportifs, mais aussi les événements sportifs vers une démarche plus soucieuse de la protection de l’environnement. Et le travail ne manquera pas puisque les rencontres et événements sportifs sont bien entendu générateurs de gaz à effet de serre (selon linfodurable.fr, la Coupe du Monde de 2018 aurait engendré 2,2 millions de tonnes de CO2) et de nombreux déchets (selon cette même source, une rencontre sportive réunissant 5 000 personnes laisserait derrière elle 2,5 tonnes de déchets divers). Mais cette facture environnementale peut bien-sûr être réduite, et c’est l’objectif de ce nouveau label Fair Play For Planet que d’encourager les actions vertueuses. L’obtention du label nécessitera également la sensibilisation des acteurs et des supporters. Un véritable enjeu à replacer dans la perspective de #Paris2024.

Gage de sérieux, le référentiel de labellisation a été conçu en partenariat avec l’Ademe. Son cahier des charges comporte 200 questions regroupées en 18 items. L’étude de la demande de label est par ailleurs instruite par un organisme indépendant, le Comité Français d’accréditation. Une instruction de dossier qui, dans une dynamique de progrès, propose également des axes d’amélioration.

Le label est valable 2 ans. Il comporte 3 niveaux : player, engaged et confirmed. Toujours dans une démarche de progrès, il est possible au bout de 2 ans, de passer au niveau supérieur.