Accueil Communication responsable Journée Internationale contre les violences faites aux femmes

Journée Internationale contre les violences faites aux femmes

61

C’est aujourd’hui, 25 novembre, la Journée Internationale contre les violences faites aux femmes. Une journée à l’initiative de l’ONU destinée à être suivie de 15 jours d’actions pour lutter contre ce fléau.

Une mise en place progressive

L’idée d’une journée internationale contre les violences faites aux femmes a été lancée par Women’s Global Leadership Institute dès 1991. Le 20 décembre 1993, l’ONU adopte une Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes, violence que la Déclaration définit ainsi : « tous actes de violence dirigés contre le sexe féminin et causant ou pouvant causer aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée. »

Le 17 décembre 1999, la Résolution 54-134 de l’ONU fixe la date au 25 novembre en hommage aux 3 sœurs Mirabel, militantes dominicaines assassinées sur ordre du Chef d’État Rafael Trujillo le 25 novembre 1960.

Une violence aux multiples visages

Au niveau mondial, on estime que 35% des femmes subissent au cours de leur existence une violence physique ou sexuelle. En France, depuis le début de l’année 2019, 137 femmes sont mortes sous les coups de leur compagnon. Mais la Journée Internationale contre les violences faites aux femmes vise à éradiquer toute forme de violence : physiques ou sexuelles bien entendu, mais aussi le harcèlement moral, les trafics d’êtres humains, les mariages précoces (on en compterait 750 millions dans le monde) ou encore la pratique de l’excision.

Un Orange Day pour 2019

Chaque année, une thématique est choisie. Pour 2019, la lutte contre le viol a été retenue comme prioritaire, (en France, un viol est commis toutes les 7 minutes) avec pour slogan de cette journée : « Orangez le monde. La génération Egalité s’oppose au viol ». Orange, couleur d’un monde meilleur… Toutes les informations disponibles sur le site unwomen.org.

En France, cette journée coïncide avec l’aboutissement du Grenelle des violences conjugales qui s’est ouvert le 3 septembre (3.9.19…) et qui s’achèvera précisément ce 25 novembre. Ce Grenelle a réuni les Ministères et Administrations et services publics concernés, les acteurs de terrain, le secteur associatif et des représentants des familles de victimes. Les décisions prises par ce Grenelle ont été présentées ce jour. Un budget de 360 millions d’€ a été engagé avec la création de 80 nouveaux postes d’intervenants sociaux, soit une augmentation de leur nombre de 30%, la création dès 2020 de 1 000 places d’hébergement ou encore le fonctionnement 7/7 et 24/24 du 3919. Des moyens pour mieux répondre à la détresse des 220 000 victimes concernées chaque année par les violences conjugales. Des mesures à plus long terme ont également été arrêtées comme la prise en charge des auteurs de violences ou l’aménagement du secret médical.

Centre d’appel et plateforme de signalement

En France, plusieurs outils sont à la disposition des victimes et de leurs familles. Profitons de cette journée pour les rappeler. Tout d’abord le 3919, centre d’écoute et d’orientation des victimes créé en 1992. Il est anonyme et gratuit et géré par la Fédération Nationale Solidarité Femmes. Plus récemment, a été créée en 2018 une plateforme de signalement : www.signalement-violences-sexuelles-sexistes.gouv.fr, ouverte 7/7 et 24/24. A noter que le signalement peut y être anonyme.

Une journée internationale reste un symbole. L’action doit évidemment perdurer. La Journée Internationale contre les violences faites aux femmes incite à passer à l’action durant 16 jours, soit jusqu’au 10 décembre, date de la journée des droits de l’homme. Un symbole qui en rejoint un autre…