Accueil Communication responsable La presse magazine s’engage pour le climat

La presse magazine s’engage pour le climat

102

Nouvel écho au défi lancé par Barbara Pompili au secteur de la communication, le Syndicat des Éditeurs de la Presse Magazine s’engage à son tour en faveur de la transition écologique et du climat. Une dizaine d’engagements autour de trois axes.

Après les engagements de l’Union des Marques, après ceux de la Filière Communication ou encore de la Publicité extérieure, c’est au tour de la presse magazine de proposer des engagements volontaires en faveur de la transition écologique. « La participation à la transition écologique est devenue pour les éditeurs, l’un des axes majeurs de développement de la relation au lecteur, et, dans un contexte de mobilisation de toute la Filière communication, les éditeurs de presse magazine… renforcent aujourd’hui leurs engagements. »

Une prise de position d’autant plus intéressante que la presse magazine peut-être un vrai vecteur des bonnes pratiques en matière de transition écologique et de consommation plus responsable. La presse magazine s’engage, dans un communiqué de presse du 1er avril, autour de 3 axes : accélérer la transformation de ses pratiques industrielles et d’écoconception, soutenir la publicité responsable et mettre en valeur la production éditoriale par ailleurs déjà engagée dans les enjeux climatiques.

Accélérer la transformation industrielle et d’écoconception

Le SEPM rappelle en effet que la presse magazine s’est engagée déjà depuis plusieurs années sur les enjeux environnementaux. Pour preuve, l’exploitation d’une ressource par essence renouvelable et recyclable et issue à 97% de forêts gérées durablement. Ou encore les campagnes de sensibilisation au recyclage des magazines conduites en partenariat avec CITEO et valorisées à hauteur de 20 millions d’€. Cette accélération des pratiques sera facilitée par plusieurs engagements :

  • La mise en place d’un éco-simulateur de l’empreinte carbone des magazines, qu’ils soient print ou numériques. Cet éco-simulateur devrait permettre d’améliorer les pratiques mais aussi de mieux informer les lecteurs sur les impacts
  • La suppression des films plastiques pour l’expédition des magazines aux abonnés, une démarche amorcée depuis 2017 malgré une hausse des coûts engendrés.
  • L’utilisation chaque fois que possible d’encres à faible teneur d’huiles minérales et conformes au label Ange Bleu
  • La création d’un groupe de travail sur les vernis et les colles afin de faciliter le recyclage des magazines print
  • La tenue d‘états-généraux de la filière graphique afin de procéder à un état des lieux et de définir des axes d’amélioration.

Soutenir la publicité responsable

C’est le 2ème axe prioritaire fixé par le SEPM, un axe décliné autour de 3 engagements :

  • Poursuivre les campagnes en faveur du recyclage des magazines, campagnes coproduites avec CITEO et étendre cette démarche à des campagnes de communication en faveur d’une consommation plus responsable
  • En collaboration avec l’ARPP, renforcer la régulation des campagnes de publicité dans les magazines print et online
  • Créer un outil de calcul des campagnes publicitaires, outil que le SEPM nous dit en cours de développement.

Mettre en valeur la production éditoriale des magazines

C’est le 3ème axe d’engagements pour les magazines : mettre en valeur la force éditoriale des magazines engagés dans les enjeux climatiques. Le SEPM propose la réunion d’une Convention des rédactions en juin 2021 pour dégager des axes de travail en ce sens, tout en sauvegardant la liberté et la ligne éditoriale de chaque titre. Par ailleurs, le syndicat propose de profiter de la Semaine de la Presse à l’École et du Salon du Livre Jeunesse pour sensibiliser le jeune public aux enjeux climatiques.