Accueil Les médias L'affichage Laon limite l’affichage publicitaire

Laon limite l’affichage publicitaire

99

Après Grenoble, la ville de Laon limite à son tour de manière drastique l’affichage publicitaire en centre ville. Mesures et enjeux.

La ville de Grenoble a, en 2014, ouvert une brèche historique en décidant de réduire l’affichage publicitaire urbain dans son centre ville. Plus de 300 panneaux ont ainsi été progressivement retirés. Grenoble allait-elle faire école? Certes certaines villes ont depuis pris des mesures restrictives à l’occasion de la révision de leur Règlement Local de Publicité (RLP), ne serait-ce d’ailleurs que par application du Grenelle II, mais jusqu’alors aucune municipalité n’avait osé suivre l’exemple grenoblois. Jusqu’à ce que la ville de Laon, dans le département de l’Aisne, prenne à son tour des mesures qui se solderont par la suppression de 2 panneaux publicitaires sur 3.

Le nouveau RLP de Laon, adopté en mars 2017, condamne dans certaines zones de la ville, les panneaux supérieurs à 8 m2. La chasse aux panneaux 4×3 est donc résolument engagée. Ces panneaux devaient être retirés en mars dernier, mais un délai de grâce avait été accordé jusqu’au 1er janvier 2020. La mesure est d’ampleur puisque 66 panneaux sur un total de 101 sont ainsi condamnés. Les objectifs poursuivis sont à la fois environnemental et culturel. Laon est une ville médiévale avec un cœur de ville ancien bâti sur une butte. La mesure vise à sauvegarder le patrimoine et les bâtiments historiques et à dégager les cônes de vue en direction du centre ville. Et aussi sans doute à réguler la densité publicitaire sur la ville.

Le nouveau RLP distingue 4 zones urbaines, chacune soumise à ses propres règles  en matière d’affichage publicitaire. La zone 1 concerne les fameux cônes de vue, grands axes de perspective sur la ville historique ainsi que les espaces verts. La zone 2 vise les secteurs sauvegardés tandis que la zone 3 réglemente l’affichage dans les zones d’activités. Enfin la zone 4 couvre les quartiers résidentiels.

Le RLP de Laon comporte également certaines restrictions applicables quelle que soit la zone. Comme la nécessité d’obtenir l’accord du Maire pour les publicités lumineuses numériques ou les enseignes, ou encore comme l’interdiction de sceller des dispositifs d’affichage sur les murs en pierres apparentes, ou l’obligation d’éteindre les dispositifs lumineux entre 23H et 7H et l’interdiction des enseignes commerciales à message défilant.

Face à un consommateur de plus en plus soucieux de son environnement et de son cadre de vie, les exemples de Grenoble et de Laon sont-ils appelés à faire des adeptes? Une partie de la réponse est sans doute détenue par le score des listes écologiques aux prochaines municipales. Mais on peut aussi légitimement se poser la question à une époque où internet, devenu le 1er média publicitaire, offre un meilleur ciblage et des coûts abordables…