Accueil Uncategorized Les états-généraux de la Communication dans les starting-blocks

Les états-généraux de la Communication dans les starting-blocks

150

Imaginés avant la crise de la Covid19, les états-généraux de la Communication arrivent à point nommé à un moment où nos modes de consommation interrogent et où la publicité est sous le feu des critiques. Premier grand débat ce vendredi 27 novembre.

L’idée des états-généraux de la Communication a été lancée dans une tribune sur Stratégies le 29 août 2019 par Mercédès Erra fondatrice de BETC et Présidente Executive de Havas Worldwide, mais aussi vice-présidente de la Filière Communication.

Ces états généraux sont appelés à réunir l’ensemble des acteurs de l’écosystème, à savoir les annonceurs, les agences et les médias, les organisations et syndicats professionnels, mais aussi des citoyens. Un événement qui a reçu l’appui de l’AACC, de l’UDM et de l’Udecam. Une première rencontre avait eu lieu en juin et la promesse est d’aboutir pour 2021 à un plan d’action sur 3 ans.

L’ambition de cette manifestation est de placer la communication face aux enjeux d’avenir qu’ils soient économiques, sociaux, sociétaux et bien entendu environnementaux. Notamment l’amener à définir de nouveaux équilibres, à infléchir les modes de consommation et les comportements et de contribuer à faire adopter et à généraliser les produits les plus en phase avec la transition écologique. Sans oublier le rôle que peut jouer la communication, et notamment la publicité, comme levier pour la relance économique et l’emploi. Un cap qui pourrait bien constituer une réponse aux nombreuses attaques dont ce secteur est l’objet depuis plusieurs mois.

Les états-généraux de la communication prévoient trois grands débats publics (sur inscription) dont le premier aura lieu le vendredi 27 novembre de 10H30 à 12H30, sous forme de webinar, sur le plateau de C à vous sur France 5, et sous l’animation de Marie Drucker. Avec comme questions centrales, la société de consommation que nous souhaitons voir émerger et la contribution positive que l’industrie de la communication pourrait apporter à la transition qui s’opère dans nos modes de consommation.

Suivrons 2 autres débats sur les thématiques suivantes : Quels modèles de répartition de valeurs et de collaboration entre les différents métiers et les différents acteurs souhaitons-nous mettre en place ? Et quelles relations désirons-nous établir entre les marques et les médias dans l’écosystème des médias de demain ?

A la fin du processus qui devrait demander environ une année, 2 textes sont attendus. Tout d’abord une charte d’engagement climat pour inscrire la communication dans la transition écologique, et un Livre Blanc concentrant les réponses des états-généraux aux enjeux actuels du secteur. Avec tous les acteurs concernés nous formons le vœu que ces états-généraux tiennent leurs promesses et alimentent les espérances qu’ils suscitent.