Accueil Communication responsable L’Indice de réparabilité

L’Indice de réparabilité

51

Bien des associations de consommateurs et de protection de l’environnement le réclamaient, l’indice de réparabilité  est devenu réalité ce 1er janvier. Présentation.

Le principe de créer un indice de réparabilité avait été acté par la loi pour l’économie circulaire du 10 février 2020. Sa mise en place aura donc finalement été assez rapide puisque les décrets d’application ont été publiés au Journal Officiel du 31 décembre 2020. Ce nouvel indice peut-être mis en place dès le début de l’année 2021, mais il ne deviendra réellement obligatoire qu’à compter du 1er janvier 2022, laissant ainsi une année aux professionnels pour s’organiser. Les professionnels concernés sont autant les distributeurs qui auront un devoir d’affichage que les fabricants qui seront tenus de définir l’indice de réparabilité de leurs produits. L’affichage de ce nouvel indice devra se faire à proximité du prix du produit proposé à la vente.

Cet indice concerne les produits électroniques et l’électroménager. A ce jour l’indice vise les smartphones, les ordinateurs, les téléviseurs, les lave-linge et les tondeuses à gazon qu’elles soient thermiques ou électriques. Mais le champ d’application sera progressivement étendu à d’autres produits.

L’indice de réparabilité a vocation à indiquer la facilité ou la difficulté à réparer le produit. Il veut être un moyen de lutter contre l’obsolescence prématurée, voire l’obsolescence programmée. L’objectif est d’inciter les professionnels à mettre sur le marché des produits aisément réparables et à moindre coût afin de répondre à cette attente du consommateur. Un objectif qui pourra être atteint pourvu que cet indice devienne un critère de choix. Un indice qui devrait également ralentir les fréquences de remplacement des produits (23 mois par exemple pour un smartphone) et donc faire œuvre écologique tout en protégeant les ressources de la planète. Une démarche qui a du sens puisque l’Ademe rappelle qu’actuellement seuls 40% des produits sont réparés. La mise en place de cet indice devrait permettre d’atteindre 60% en 5 ans.

L’indice se présente sous la forme d’une note sur 10. Plus la note est élevée, plus le produit est facilement réparable. La note est accompagnée d’un code couleur allant du vert au rouge.

La détermination de l’indice repose sur 5 catégories de critères : la documentation mise à disposition (notices, vues éclatées…), l’accessibilité et le démontage (nombre d’étapes, besoin ou non d’outils spécifiques, fixations amovibles ou inamovibles…), la mise à disposition des pièces détachées (nombre, délai de livraison…) et le prix des pièces détachées avec comme critère de référence de ne pas excéder 30% de la valeur d’achat du produit. La 5ème catégorie de critères est propre à chaque type de produit.