Accueil Communication responsable Pollution numérique : l’outil WeNR et ses premiers résultats

Pollution numérique : l’outil WeNR et ses premiers résultats

99

L’Institut du Numérique Responsable (INR) a lancé au printemps 2021 le calculateur WeNR, un outil de mesure de l’empreinte carbone du système d’information d’une organisation. Présentation de l’outil et de ses premiers résultats d’une importance capitale.

L’outil

L’outil WeNR est à accès libre sur le net et peut être téléchargé. Il est basé sur des données ouvertes et publiques, par ailleurs validées par l’Ademe. Ce projet a été lancé en partenariat avec l’Université de La Rochelle et les INR suisse et belge.

WeNR dresse l’inventaire des équipements, des centres de données et de leur utilisation, ainsi que de l’usage du Cloud. Outil de mesure à la fois quantitative et qualitative, il évalue également la maturité de l’organisation en matière de numérique responsable. L’outil est adapté à tous les types de structures organisationnelles.

Les éléments pris en considération par cet outil de mesure sont les suivants :

  • L’organisation et le périmètre de l’étude, avec possibilité de rentrer plusieurs sous-identités de l’organisation
  • Les équipements de bureau, les papiers utilisés et les types d’énergies
  • Les centres de données
  • L’utilisation des centres de données
  • Les équipements des centres de données
  • Le cloud
  • La maturité numérique de l’organisation et les démarches transversales
  • Les utilisateurs
  • La maturité de l’organisation.

La V1, dite version light, et qui se présente sous la forme d’un fichier Excel, a été lancée le 31 mars 2021. Pour participer à cette première version, il fallait avoir rentré les données de son organisation pour la mi-mai pour les TPE/PME et fin mai pour les grandes entreprises, avec une restitution consolidée à l’automne. Cette V1 est basée sur un indicateur unique, le carbone. Une version WeNR Plus est prévue pour 2022 et devrait pouvoir retenir plusieurs indicateurs.

Bien entendu, toutes les données saisies sont anonymisées.

Les premiers résultats

En 2021, la première vague d’utilisation de l’outil WeNR a porté sur 75 organisations volontaires représentant 1,3 million de collaborateurs et 4,9 millions d’équipements. Ces organisations étaient à 82% françaises, 11% belges et 7% suisses. Il s’agissait à 69% d’organisations de statut privé et plutôt de grande taille puisque 36% comptaient de 250 à 4999 collaborateurs et 36% en comptaient 5 000 et plus. Les structures de moins de 10 personnes ne représentaient que 10% de ce premier panel.

Cette première vague a donné lieu à un rapport détaillé réalisé par l’INR, un rapport qui révèle d’ores et déjà des résultats de la plus grande importance. En ce qui concerne les émissions de CO2, elles se sont en moyenne élevées à 4613 tonnes par organisation sur une année, ou encore 265 kg par collaborateur et par an. Pour compenser ces 265 kg émis, il faudrait planter 66 arbres. En matière d’énergie, chaque collaborateur consomme à l’année 5311 kwh, ce qui équivaut chaque jour à la consommation de 47 ampoules de 25 watts. Enfin, en ce qui concerne la production des déchets D3E, chaque utilisateur en produit une moyenne de 2 kg par an.

Si on s’intéresse aux sources de la pollution, 80% des émissions de GES dus à la fabrication proviennent des équipements de bureau, les équipements les plus polluants étant respectivement les ordinateurs de bureau, les écrans et enfin les ordinateurs portables. En ce qui concerne les émissions liées aux usages, 45,6% proviennent des équipements de bureaux et 54,4% des centres de données.

L’outil va plus loin dans l’analyse et permet d’évaluer le rôle des différents types d’équipements de bureau dans l’émission de GES comparativement aux taux d’équipements, comme le montre le tableau ci-dessous :

Types d’équipements Taux d’équipement Taux d’émission de GES
Ordinateurs portables 15,4% 23,2%
Ecrans 19,2% 21%
Ordinateurs de bureau 9,4% 14,9%
Imprimantes 7% 13,9%
Smartphones 16,7% 7,3%
Tablettes 5,5% 4,9%
Autres équipements 26,3% 14,2%

 

Le grand mérite de ce rapport est de rendre très concrète cette pollution numérique que l’on a trop tendance à oublier parce qu’invisible et impalpable dans notre quotidien. Un rapport qui s’achève sur 3 recommandations de l’INR :

  • Elaborer au niveau de l’organisation une stratégie numérique responsable
  • Allonger la durée de vie des équipements
  • Eco-concevoir les services numériques.

Pour toutes les organisations qui veulent aller plus loin et qui seraient tentées par cet outil WeNR, nous recommandons la lecture attentive du rapport de l’INR.