Accueil Le cadre juridique Publicité comparative Publicité comparative, nouvel épisode Feu Vert/Renault

Publicité comparative, nouvel épisode Feu Vert/Renault

79
Le 17 mai 2010, Feu Vert lance un spot TV et internet comparant les prix des penumatiques pratiqués chez 5 distributeurs : Feu Vert, Euromaster, Speedy, Norauto et Renault. Le spot intitulé  » Je ne dénonce pas, j’informe » permet à Feu Vert de s’affirmer comme « étant le moins cher« .
Cette publicité s’appuyait sur une étude comparative de prix conduite par l’institut BVA.
Renault réagit
C’est la 3ème affaire de publicité comparative entre Renault et Feu Vert. Renault saisit le Tribunal de commerce de Paris en référé pour « publicité mensongère et non pertinente ». Dans une décision du 7 juin, le tribunal lui donne raison et ordonne la cessation de la publicité. Feu Vert fait appel.
Que peut-on reprocher à cette publicité?
Rappelons le, la publicité comparative est légale. Mais elle doit être loyale et correspondre à de nombreuses exigences.
Alors, que peut on reprocher au spot de Feu Vert?
Avant tout que Renault n’est pas un équipementier. Or, pour être recevable, les conditions de distribution doivent être identiques. Ce n’est pas le cas ici
Sans doute une conclusion un peu hâtive : être – sur un nombre de produits très limité – le moins cher par rapport à 4 concurrents, ne permet sans doute pas de se présenter comme étant l’enseigne « la moins chère ».
En outre, la sélection des produits objets de la comparaison doit être représentative de la gamme des produits disponibles. C’est ce que les juges vont s’attacher à vérifier…
Cet épisode le confirme si besoin était : la publicité comparative est une publicité à risque et souvent sans vainqueur. En tous les cas, si vainqueur il y a, ce n’est pas toujours le consommateur …