Accueil Les secteurs réglementés Médicaments Publicité et médicaments

Publicité et médicaments

72

On se souvient de cette campagne d’annonces presse largement diffusée par les enseignes Leclerc fin 2009.

source : lsa-conso.fr

Réaction des groupements de pharmaciens.

Cette campagne en faveur de la vente des médicaments sans ordonnances dans les centres Leclerc a entraîné la réaction de 3 groupements de pharmaciens : Udgpo, Directlabo et Univers Pharmacie qui estimaient qu’une telle campagne comportait, sous couvert de défendre l’intérêt du consommateur, un dénigrement de leur profession. En effet, cette campagne affirme qu’en pharmacie les prix peuvent aller du simple au triple…

Décision du TGI de Colmar

Le TGI de Colmar, saisi de la demande, a donné gain de cause aux groupements de pharmaciens. Il a ordonné à Leclerc de cesser sa publicité et de payer 100 000€ de dommages et intérêts aux 3 groupements.

Bien sûr, Leclerc a fait appel.

Que dit le droit?

La vente des médicaments est encadrée et nécessite un diplôme de pharmacien – rien bien sûr n’empêchera Leclerc d’employer des pharmaciens.

La publicité pour les médicaments obéit également à des règles strictes. Ainsi, il est interdit dans une publicité de citer les prix des médicaments par mention ou comparaison. En fait, le médicament touchant à la santé publique, n’est pas un produit banal. Son prix ne doit pas être le critère de choix.

Par ailleurs est soulevée la question de savoir si l’affirmation « le prix…. veut varier du simple au triple » relève du dénigrement ou de l’expression de la libre concurrence… Il appartiendra à la Cour d’Appel de trancher.