Accueil Les médias Le cinéma Tabac et cinéma : quand le placement se fait clandestin

Tabac et cinéma : quand le placement se fait clandestin

37
0

On le sait, depuis la loi Evin, toute publicité pour le tabac est interdite et cette interdiction s’étend à toutes les formes de publicité. Le Placement de produit compris, et quelque soit le média. Et donc au cinéma!

Et pourtant, nombreux sont les films qui enfreignent la loi en toute impunité (je n’ai jamais entendu parler de poursuites…). Les Intouchables et Cliente mettent en avant les paquets Malboro. Amélie Poulain au pied de son photomaton avec son sac Gitanes, vous la revoyez? Et Quartier VIP et ses Gauloises aussi?

Aujourd’hui, nous avons choisi un focus sur L’amour est un Crime Parfait. Il date un peu, mais reste un bel exemple de placement clandestin.

Nous laisserons les critiques cinématographiques donner leur avis sur le film, et nous nous contenterons de regretter que ce film soit (aussi) une véritable apologie du tabac.

Outre que les personnages fument du début à la fin (peut-être le remède à leur névrose?), outre les phrases du style « c’est bien que tu te sois remise à fumer », un plan du film montre durant plusieurs secondes et avec une identification très nette, 3 paquets de Gitanes entre les mains du héros (?) du film, Marc.

Voilà donc un film qui enfreint à la fois la loi Evin interdisant toute publicité pour le tabac et la réglementation du placement de produit. D’autant plus dommage que ce film est soutenu par des institutions cinématographiques respectables.

Dans 4 semaines arrive le paquet neutre. Au moins, celui-là on ne pourra plus l’exhiber à l’écran. Comme quoi…