Accueil Les secteurs réglementés Tabac Tabac et publicité ou Gainsbourg, la RATP et la loi Evin…

Tabac et publicité ou Gainsbourg, la RATP et la loi Evin…

72

La loi Evin du 10 janvier 1991 a posé le principe de l’interdiction de la publicité pour le tabac. Cette interdiction concerne tous les médias et toute forme de publicité, qu’elle soit directe ou indirecte. Seules exceptions à cette interdiction de principe : la « carotte » des bureaux de tabac, les affichettes dans les lieux de vente à condition qu’elles ne soient pas visibles de l’extérieur et les publications professionnelles.

Cette interdiction peut parfois conduire des médias à une interprétation stricte de la loi. C’est ainsi qu’à plusieurs reprises la régie de la RATP a refusé des affiches pouvant constituer une incitation au tabac. La dernière en date est l’affiche pour l’exposition consacrée à Gainsbourg. Le visuel montrait certes Gainsbourg mais aussi les volutes de fumée inséparables de l’artiste disparu. Fallait-il gommer la fumée?. Le débat est ouvert. La RATP a répondu OUI, optant ainsi pour une interprétation très stricte de la loi Evin.

Cette « affaire Gainsbourg » avait eu des antécédents : la cigarette de Coco Chanel sur les affiches du film Coco, la pipe de Jacques Tati sur les les affiches de l’exposition « Tati, deux temps, trois mouvements » ou encore la cigarette d’Alain Delon dans la campagne pour le parfum Eau sauvage ou le timbre émis par La Poste en 1996 qui illustre André Malraux sans sa cigarette…. laquelle avait été gommée de la photo prise par la

le timbre André Malraux 1996 – inspiré d’une photo de Gisèle Freund

photographe Gisèle Freund –

pratique de gommage qui peut par ailleurs soulever un autre problème de droit :

celui des droits d’auteur…

Faut -il, au nom de l’interdiction de toute publicité pour le tabac, modifier certaines représentations qui peuvent peut être appartenir à l’histoire ou à la culture?