Archives du mot-clé publicite televisee

La pub dans les JT de #TF1, normalisation ou révolution?

Ce mercredi, le CSA vient d’accorder à TF1 la possibilité, sous certaines conditions, de couper ses JT d’un écran publicitaire. Sur quoi se fonde cette décision et quelle peut être sa portée?

pub tv

Couper un JT d’un écran publicitaire n’est pas révolutionnaire, puisque cela est autorisé depuis… 1992! Pourtant, à cette époque, TF1 avait été exclue de cette possibilité pour deux raisons : son engagement lors de la signature de sa convention avec le CSA en 1985, mais surtout la position dominante qu’avait la chaine sur le marché de la publicité télévisée…

Depuis, les temps ont bien changés. Les chaines se sont multipliées, notamment avec la TNT, émiettant un marché (d’environ 3 milliards annuels) qui n’est pas élastique à l’infini. Et la publicité télévisée est de plus en plus concurrencée par la publicité digitale. TF1 est donc à la recherche de nouvelles opportunités. La décision du CSA n’est finalement qu’une … normalisation.

La coupure publicitaire d’un JT restera néanmoins soumise à deux conditions : que le JT dépasse 30 minutes et que le quota de 12 minutes par heure d’antenne soit respecté. La mesure sera applicable au 1er janvier 2018.

Pas sûr que cette décision soit, pour la chaine, une réelle … révolution. Au final le volume publicitaire global reste inchangé, et les risques de décrochage des téléspectateurs importants. Surtout sur le 20 heures où justement la pub est interdite sur France 2 à compter de 20 heures.

Alors opportunité ou cadeau empoisonné? A moins que la direction de TF1 n’ait l’espoir que la réforme souhaitée par la Commission Européenne n’aboutisse. Une réforme qui supprimerait le carcan des 12 minutes/heure au profit d’une moyenne de 20% entre 7 et 23 heures. Et là sans doute, la coupure prendrait tout son sens. Car le JT de TF1 reste un rendez-vous pour près de 5 millions de fidèles. Alors, rusée TF1?

 

La pub dans les émissions jeunesse interdite à France TV

Après plusieurs mois de débat, l’interdiction de la publicité dans les émissions pour la jeunesse sur France Télévisions a été adoptée par le Parlement à 23 heures dans la nuit du 7 au 8 décembre. Quels sont les contours et les enjeux de cette interdiction?

lemediaplus.com
source visuel : lemediaplus-com

Le projet de loi avait été déposé par le sénateur écologiste GATTOLIN. Il avait d’ailleurs à l’époque reçu un accueil plus que réservé du gouvernement, soucieux sans doute des ressources du PAF public. Mais les jeux sont faits et France Télévisions va devoir faire avec. Selon les estimations, le manque à gagner pour les chaînes publiques serait inférieur à 20 millions d’€. Selon une étude Kantar Media, France TV ne représente que 6% des publicités télévisées pour enfants, la palme revenant à Gulli avec… 41%!

Cette interdiction prendra effet au 1er janvier 2018. Seules les publicités commerciales seront interdites. Resteront donc possibles les publicités génériques et celles d’intérêt général. L’interdiction vaudra pour toute la durée des émissions destinées aux enfants de moins de 12 ans, mais aussi pour les 15 minutes qui précèdent et suivent les dites émissions. L’interdiction est également étendue aux sites internet des chaînes concernées. Le CSA devra par ailleurs présenter chaque année un bilan devant le Parlement. Des mesures qui, selon l’IFOP, sont approuvées par 87% des Français.

Plusieurs raisons ont motivé le vote de cette loi. Les publicités alimentaires et pour les boissons sont sans aucun doute dans le collimateur, mais aussi la volonté de tenter de limiter la dépendance des enfants aux marques. La France rejoint ainsi plusieurs pays européens qui ont déjà pris de telles mesures, tels que la Suède, l’Espagne ou encore la Grande Bretagne. Mais bien-sûr, pour l’heure, cette interdiction ne concerne pas les chaînes privées. Pour combien de temps?

 

PUB TV : le pas en arrière du gouvernement

pub tv  source visuel : yoo-mag.fr

On avait annoncé l'assouplissement des règles de publicité télévisée, notamment au profit de la grande distribution et du cinéma.

Mais jeudi, notre Ministre déclare y renoncer.

La situation de la presse écrite y est sans aucun doute pour beaucoup dans cette décision. Cette libéralisation aurait en effet signifié une baisse du chiffre d'affaires publicitaire de la presse écrite, déjà bien mise à mal par une baisse des ventes.

Mais nul doute que la question se reposera et que l'on ne peut pas ignorer non plus en la matière le rôle que jouera internet dans l'avenir.

taxe télécoms : le bras de fer avec Bruxelles

Origine de la taxe télécoms

La taxe télécoms a été créée en mars 2009 pour compenser les pertes publicitaires sur les chaines publiques. Elle est de 0,9% du chiifre d'affaires des opérateurs de télécommunications.

Cette taxe n'est pas versée directement aux chaînes. Elle est encaissée par l'Etat qui la reverse sous forme de d'aides aux chaines publiques. Cette taxe devrait représenter 330 millions d'€ en 2010.

Rappelons qu'une 2ème taxe a été créée dans le même but : elle frappe les chaines privées à raison de 0,75% de leur CA.

La position de Bruxelles

Bruxelles considère que cette taxe est illégale dans la mesure où elle ne concerne pas les activités des opérateurs. Bruxelles demande donc à la France de la supprimer, ce qui ne semble pas être dans les intentions de Bercy…

Le 30 septembre, Bruxelles a adressé à la France un "avis motivé", 2ème étape de la procédure d'infraction.

Subventions aux chaînes publiques

C'est près de 2,5 milliards que l'Etat verse annuellement aux chaînes de France Télévisions