Archives du mot-clé stéréotypes

Une Journée Nationale contre le sexisme?

« Ensemble contre le sexisme » est à l’initiative de la Journée Nationale contre le sexisme. Créée en 2018, la 2ème édition est prévue le 24 janvier 2019. Avec l’espoir de voir cette journée se pérenniser. Présentation.

« Notre société entière est malade du sexisme »

Emmanuel MACRON, 25 novembre 2017

Le collectif Ensemble contre le sexisme a vu le jour en 2016. Il regroupe actuellement 33 associations et réseaux, de tous secteurs. Il a lancé le 25 janvier 2018, la 1ère Journée Nationale contre le sexisme qui était avant tout un colloque sur Paris. Fort de ce premier succès et de ses convictions, ce collectif réitère, en proposant une 2ème journée, qui se déroulera le 24 janvier prochain. Toujours sous la forme d’un colloque (sur inscription).

Un des 6 visuels proposés par l’agence NUDE

Ensemble contre le sexisme poursuit 3 objectifs :

  • faire mieux comprendre au grand public les différentes facettes du sexisme
  • sensibiliser et donc faire agir
  • collecter et communiquer sur les initiatives positives en matière de lutte contre le sexisme (ce que nous ferons ci-après).

Ensemble contre le sexisme espère que cette journée pourra être pérennisée et ainsi se dérouler chaque année au mois de janvier.

L’édition 2019 est placée sous le signe de la LIBERTÉ et donne la priorité à 3 domaines : le numérique (LIBRES en ligne), l’espace public (LIBRES en ville), l’éducation et la parentalité (LIBRES de grandir) et aura pour slogan « le sexisme tue ». Tue la confiance, la parole, l’innovation, le talent. Un message fort qui ne peut laisser indifférent…

Une cause qui a reçu le soutien de l’agence NUDE qui a conçu bénévolement la campagne 2019. Avec notamment 6 visuels utilisant les codes du funéraire : une urne, une plaque, un faire-part de décès, une couronne mortuaire et une pierre tombale. Chacun de ces visuels rend un hommage funeste à une victime du sexisme, dans une situation quotidienne. La campagne est diffusée en presse et dans le métro parisien.

Les études et sondages ne laissent malheureusement aucun doute sur le bien fondé de cette action. Rappelons que 100% des femmes reconnaissent avoir été un jour harcelées dans la rue ou les transports. Que 40% d’entre elles disent avoir été victime d’une humiliation ou d’une injustice liée à leur genre. Une femme sur deux reconnait avoir modifié sa façon de s’habiller à la suite de remarques sexistes.

Bien-sûr, des actions positives ont déjà été engagées. Ainsi, la loi du 1er août 2018 fait du harcèlement de rue un délit pénal et le 27 novembre 2018, le site http://www.service-public.fr a mis en place une plateforme de signalement fonctionnant 24H/24.

Le monde de la communication est très directement concerné. Il n’est pas resté indifférent. On se souvient de l’étude pilotée en octobre 2017 par le CSA et portant sur 2000 publicités TV. Une étude qui révélait que les stéréotypes sexistes sont très présents dans les spots TV. Les 2/3 contiennent des stéréotypes sexistes et ceux-ci concernent les femmes à 66%! Suite à un tel constat, le CSA lance un programme de lutte contre les stéréotypes sexistes sur nos écrans. En janvier 2018, l‘UDA lance le programme FAIRe qui comporte 15 engagements. Il est signé par 28 marques. En mars 2017, la Ville de Paris déclare la guerre aux publicités sexistes sur l’espace public parisien. Et il faut aussi évoquer tout le travail fait par l’ARPP dans ses recommandations.

Oui le secteur de la communication est très concerné. Il porte une réelle responsabilité dont la plupart des communicants sont aujourd’hui bien conscients, même si des avancées sont encore nécessaires.

Saluons cette 2ème journée contre le sexisme, en regrettant peut-être qu’elle ne soit cantonnée pour l’heure qu’en région parisienne… Remercions l’agence NUDE pour son engagement sociétal. Et surtout… ne restons pas indifférents !


Stéréotypes sexistes et finances publiques

HCEsource visuel : HCE

On dit souvent que l'argent est le nerf de la guerre.

C'est ce que ne contradira sans doute pas le Haut Conseil à l'Egalité entre les Femmes et les Hommes qui dans un rapport transmis à Marisol Touraine ce 20 octobre, propose que les finances publiques ne puissent plus soutenir des activités qui entretiendraient des stéréotypes sexistes.

L'idée est intéressante et concerne d'abord les médias publics audiovisuels donc France Télévisions et Radio France. Les ressources issues de la taxe audiovisuelle seraient alors réparties en fonction de la manière dont ces médias lutteraient contre ces stéréotypes. Seraient concernés les fictions, les émissions d'information, les divertissements et la téléréalité. Le HCEHF suggère que cela soit mesuré à l'aide de grilles d'analyse.

L'Etat et les collectivités locales seraient également concernés, notamment quant au financement de leur communication institutionnelle qui est bien-sûr payée sur des fonds publics.

Enfin, l'Etat et les collectivités prendraient ce critère en considération dans les évaluations qui permettent l'attribution des marchés publics de communication.

Un système sans doute compliqué, mais nul doute que le message va être entendu par les intéressés.

Au fait, pourquoi se limiter aux stéréotypes sexistes et ne pas étendre cette démarche à tous les types de stéréotypes?

Stéréotypes : les bodies de la discorde

 

Ce sont ces deux bodies Petit Bateau qui déchaînent les commentaires sur Facebook et les tweets.

Beaucoup leur reproche de rallumer la guerre des sexes.

le bodie écriture rose (fille bien sûr!) : "jolie, têtue, rigolote, douce, gourmande, coquine, amoureuse, mignonne, élégante, belle"

le bodie écriture bleue (garçon, vous l'avez deviné) : "courageux, fort, fier, vaillant, robuste, rusé, habile, déterminé, espiègle, cool"

Même si le litige ne concerne pas à proprement parler une campagne publicitaire, c'est pour nous l'occasion de rappeler que les stéréotypes, notamment ceux tournant autour du rôle de l'homme et de celui de la femme ne sont pas de bons arguments de vente.