Accueil Communication responsable Un nouvel étiquetage Energie

Un nouvel étiquetage Energie

55

L’étiquetage Énergie dans l’électroménager a été mis en place en 1995 par l’Union Européenne. Au 1er mars prochain, il sera remplacé par un nouvel étiquetage. Que va-t-il apporter ? Quels seront les principaux changements par rapport à l’étiquetage actuel ?

Voici maintenant 25 années que l’étiquetage énergie voulu par l’Union Européenne tente de guider le consommateur vers les produits les moins énergivores. Mais les performances énergétiques de notre électroménager moderne ont connu des avancées vers une plus grande sobriété, rendant nécessaire une refonte du système d’étiquetage.

7 classes de A à G

Aujourd’hui l’étiquetage comporte 7 classes, de A à D, la classe A étant elle-même subdivisée en 4 sous-classes. Le nouvel étiquetage fait disparaître les classes A+++, A++ et A+ au profit d’un étalonnage de A à G. Un étalonnage qui avait d’ailleurs déjà été utilisé entre 1995 et 2011… Mais attention, dans ce nouvel étiquetage, les catégories supérieures A et B correspondront à de telles exigences, que selon l’Ademe, à l’heure actuelle, aucun produit du marché ne pourrait en bénéficier. L’idée est donc très clairement d’encourager les constructeurs à proposer rapidement des appareils encore plus performants en matière énergétique. L’objectif final est de miser sur la sobriété énergétique. Selon l’Union Européenne, ce nouvel étiquetage, bien utilisé par un consommateur exigeant, pourrait signifier pour lui une économie annuelle de 150€ sur sa facture d’électricité. A l’échelle européenne, on imagine l’impact…

Une mise en place progressive

Ce nouvel étiquetage s’appliquera au 31 mars 2021 pour les lave-vaisselle, les lave-linge et les lave-linge séchant, les caves à vins, les réfrigérateurs et les téléviseurs, puis à compter du 1er septembre 2021 pour les ampoules. Cet étiquetage pourrait ensuite être étendu à de nouveaux équipements, notamment les sèche-linge et même les radiateurs et les chauffe-eaux, mais peut-être pas avant l’horizon 2030 pour ces derniers.

Progressivement devraient également être introduits de nouveaux critères telles que la réparabilité et la recyclabilité.

Un étiquetage plus informatif

Ce nouvel étiquetage comportera en son centre, de manière très lisible, la consommation électrique de l’appareil exprimée en kWh. Mais surtout en haut à droite, un QR code qui permettra de compléter l’information du consommateur désireux d’en  savoir plus.

Durant quelques mois, tout au moins jusqu’au 31 mars prochain, les 2 affichages pourraient cohabiter.