Accueil Communication responsable Une charte d’éthique de l’influence

Une charte d’éthique de l’influence

293

Woô s’engage pour un marketing d’influence plus responsable en proposant aux différents acteurs de ce marché une Charte d’éthique. Idées-forces et interview.

L’agence d’influence Woô a été créée par Agathe Nicolle en 2015. Elle propose une offre globale de stratégie d’influence et publie notamment le Baromètre de l’influence, véritable réservoir de données de quelque 300 000 influenceurs. Un baromètre réactualisé quotidiennement. Aujourd’hui Woô se distingue par sa proposition d’une Charte d’éthique. Une charte rédigée par un comité d’experts comprenant toutes les parties prenantes c’est à dire principalement les agences, les marques et bien-sûr les influenceurs. Une charte qui se veut « publique » c’est à dire ouverte à toute organisation souhaitant y adhérer. Une Charte qui, compte tenu de son origine, ne pourra pas avoir d’effet contraignant.

Apporter plus de transparence

Le marketing d’influence a le vent en poupe mais n’a pas échappé ces derniers mois aux critiques. Au cœur de ce marché, Woô a compris la nécessité d’une certaine régulation qui permettra d’assurer une saine gestion des campagnes, mais aussi plus de transparence pour les internautes. Une Charte qui apportera peut-être aussi une plus grande sécurité juridique aux acteurs. Occasion ici de rappeler que l’Arpp a fixé un certain nombre de règles dans sa recommandation Communication Publicitaire Digitale.

Des engagements généraux

La Charte définit un certain nombre d’engagements applicables aux 3 acteurs du marché. Nous en avons sélectionné quelques-uns :

– Respecter les règles légales liées aux produits réglementés (alcool, tabac, produits financiers, jeux de hasard, santé…)

– Ne pas recourir au marketing d’influence dans le cadre d’une communication politique

– Eviter le gaspillage, notamment ne pas promouvoir de voyages longs courriers de moins de 72 heures.

Et des engagements propres à chaque acteur

La Charte détermine un certain nombre d’engagements propres à chaque acteur du marché de l’influence. Ainsi les marques s’engagent-elles à être transparentes vis à vis de l’influenceur sur les objectifs de la campagne et sur le budget alloué. Elles s’engagent également à faciliter le renvoi des produits si ceux-ci ne conviennent pas à l’influenceur. Une réponse sans doute à la critique faite aux marques d’encourager le gaspillage par l’envoi forcé de produits aux influenceurs.

De leur côté les agences s’engagent à énoncer dès le début le budget et la rémunération de l’annonceur. Elles s’engagent également à ne prendre aucune marge s’il s’agit d’une campagne caritative.

Mais ce sont sans doute les engagements souscrits par l’influenceur qui nous paraissent les plus significatifs. Voici les principaux :

  • Garantir l’authenticité de sa communauté (on a beaucoup parlé des faux abonnés…)
  • N’aborder que des sujets sur lesquels l’influenceur s’estime légitime
  • Publier plus de 50% de contenus non sponsorisés (et plus de 60% en format story)
  • Ne pas publier au profit d’un concurrent une semaine en amont et une semaine en aval
  • S’interdire les publications pornographiques, obscènes, violentes, diffamatoires, racistes, injurieuses, ou révisionnistes
  • Signaler le partenariat commercial ou publicitaire par l’une de ces formules : #sponsorisé #collaboration #partenariat #pub #paid #ad (cette dernière formule uniquement à l’international). Rappelons en effet que l’Arpp (à laquelle Woô est adhérente) a estimé que #ad ou #ads ne sont pas assez évocateurs pour un abonné lambda.

La charte prévoit même que l’influenceur est invité, pour les contenus non sponsorisés, à préciser si le produit présenté provient d’un cadeau ou d’une dotation d’une marque.

Nous avons eu le plaisir d’interviewer Agathe NICOLLE, fondatrice de WOÔ que nous remercions de sa disponibilité.

INTERVIEW d’ Agathe NICOLLE

Bonjour Agathe. Vous êtes Directrice générale et fondatrice de WOÔ, l’Atelier des Influences. Quel a été votre parcours et comment est née l’idée de WOÔ?

Bonjour. J’ai aujourd’hui 34 ans et mon parcours est 100% digital. Après une expérience en agence media, j’ai créé puis développé lors de ma précédente activité un réseau d’influence composé de bloggeurs et de youtubeurs. Associée, j’étais en charge des équipes commerciales et marketing et  j’ai accompagné plus de 200 marques dans les secteurs mode/luxe/beauté. Puis j’ai eu 30 ans et en 2015 envie de monter une entreprise avec de fortes valeurs humaines, créatives, basée sur l’innovation et l’expertise de l’influence par tous et pour tous.

Je me suis entourée des meilleurs experts du digital pour développer WOÔ (« With Our Originality »). Nous accompagnons tous types de marques dans leurs stratégies de macro, micro et nano influence, de brand content, social media ainsi que dans la production de contenus et d’événements (shooting, events privés, opérations événementielles tactiques…).

Nous avons à la fois un métier de conseil et d’accompagnement sur mesure (avec un gros pôle créatif, planning stratégique, campaign stratégist et chefs de projet) et des plateformes technologiques propriétaires (YOÔ.paris et VOÔ.paris) qui nous permettent d’avoir accès à beaucoup de data, d’analyser les comportements websociaux des communautés et de cibler au mieux les besoins des marques.

Pour fêter nos 4 ans, fin 2019 nous avons levé 3M auprès du fonds InterInvest Capital pour accélérer notre développement international et en ce début d’année nous venons de racheter Poulpe, l’agence de création digitale qui a développé nos plateformes afin d’aller plus loin dans nos solutions techniques.

En chiffres WOÔ c’est 60 personnes réparties entre Paris, Londres, Marseille et Shanghai, plus de 700 campagnes réalisées et 300 000 influenceurs inscrits sur nos plateformes.

Comment a germé l’idée de définir une Charte d’Ethique et quelle est, selon vous, sa complémentarité par rapport à la recommandation de l’Arpp ?

L’idée de cette charte remonte à plusieurs mois, suite à différentes études que nous avons menées et à notre veille permanente sur le secteur de l’influence, nous nous sommes rendu compte de certaines dérives du secteur et des risques qu’elles représentaient pour tous les acteurs du marché. Pour lutter contre ces pratiques, WOÔ s’est doté d’un comité éthique mi 2019. La Charte Éthique du Marketing d’Influence a été rédigée par ce comité réunissant différentes parties prenantes du secteur : influenceurs, marques, agences, chercheurs, juristes, etc.

Avant la création de cette charte et de son comité éthique, WOÔ a adhéré à l’Arpp, nous sommes donc favorable à la démarche initiée par cette instance. Nous notons d’ailleurs que de nombreuses recommandations de l’Arpp sont communes avec notre charte. Toutefois, nous avons souhaité aller plus loin, et offrir une charte dédiée au marketing d’influence, et à tous les acteurs du marché. Notre charte ne vise pas uniquement les influenceurs professionnels, mais également les agences, les annonceurs et une version light existe pour les micro et nano influenceurs. Notre démarche est donc totalement complémentaire de celle de l’Arpp.

En tant qu’experte du marketing d’influence, comment voyez-vous son évolution à moyen terme ?

Tout d’abord, la première évolution du marché va être sa forte croissance. Les récentes annonces de Google et la consultation lancée par la CNIL sur les cookies laissent présager une redistribution des budgets digitaux du display vers l’influence.

A l’agence WOÔ nous considérons que l’influence va se démocratiser. C’est à dire que nous allons assister au développement de l’influence par tous, avec l’émergence des micro et nano influenceurs, et à celui de l’influence pour tous, avec des campagnes accessibles pour tous les commerçants et associations. En outre, comme la charte en atteste, nous considérons que l’influence va se responsabiliser en revenant à des pratiques plus éthiques qu’actuellement. Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à lire mon article Linkedin sur les 5 tendances 2020 du marketing d’influence ou à vous rendre sur l’Instagram de WOÔ Paris.