Accueil Communication responsable Faut-il un contrôle a priori sur les allégations environnementales ?

Faut-il un contrôle a priori sur les allégations environnementales ?

80

Devant les trop nombreux cas de greenwashing, des voix se sont élevées pour réclamer un contrôle a priori sur les publicités comportant des allégations environnementales. Un contrôle a priori qui serait probablement confié à l’Arpp qui, rappelons-le exerce justement le seul contrôle a priori qui existe actuellement dans la publicité, celui de la publicité TV.

Pour l’heure, aucun des projets et propositions de loi n’a intégré ce contrôle a priori, d’ailleurs sans doute compliqué à mettre en place. Néanmoins mi-mars 2022, l’Arpp a pris position à l’occasion de sa campagne de communication dénonçant le greenwashing, campagne conçue par l’agence Josiane.

Deux messages forts destinés à être diffusés sur un millier d’écrans numériques. Ces 2 messages sont sans équivoque :

« Ça commence par une simple publicité et ça finit en scandale de greenwashing »

Et

« Le greenwashing, ce sont toujours les autres. Jusqu’au jour ou l’autre, c’est VOUS »

 

Dans cette campagne, l’Arpp demande aux annonceurs et aux agences de s’engager à consulter l’Arpp avant toute diffusion de publicité comportant une allégation environnementale. Clairement, l’Arpp soutient donc le principe d’un contrôle a priori sur ces campagnes. L’Arpp annonce même la création d’un Conseil Développement durable pour assurer ce contrôle et précise que pour les adhérents, il sera compris dans la cotisation de membre. L’Arpp de conclure : « Quand on fait les choses bien, autant bien les communiquer »